Présentation

La maison d'édition

Accès libre aux ouvrages

Les ouvrages

Les auteurs

Essais

Nouvelles

Reportages

Romans

Polar

Poésie

BD

Théâtre

Archives de la newsletter

 

 

 

Des idiots presque parfaits de Gaël Montade est un recueil de beaucoup de nouvelles. Elles sont peuplées de pauvres bougres qui essayent de ne pas trop perdre de plumes. Alors que, dans la vraie vie, naturellement, d'authentiques héros sauvent des vies à la chaîne, épousent de nobles causes, défendent des veuves, soignent d'incurables lépreux ou secourent des exclus sans mollir.

Des idiots presque parfaits, c'est - en moins bien ou en pas beaucoup mieux - monsieur Tout-le-monde.

 




106 pages, 14,5 × 21 cm
Illustration de la couverture : Anna Chevolleau-Szotowicz
14,99 euros
Imprimé en Bretagne © juin 2010

ISBN : 978-2-919265-00-8



 

EXTRAITS :



Le tableau d'affichage indique le numéro 165. L'homme a envie de se lever et de crier « Putain mais qu'est-ce que c'est que ce bordel ! J'ai pas que ça à foutre ! » Mais l'homme n'a que ça à foutre, alors il ne dit rien et décide de regarder les filles autour de lui.

In « Amours tièdes ».

*


Il se dit que le lion va être bien, qu'il ne lui manque plus qu'un peu d'eau et de nourriture et que ce sera le paradis pour lui. Du coup il remplit une bassine de Volvic — « le roi des animaux mérite la puissance des volcans » — et improvise une mangeoire avec la plaque du four sur laquelle il dépose trente steaks hachés surgelés — « des Charal, faut bien ça » — qu'il se félicite d'avoir pensé à décongeler. « Ça aurait été un ours blanc j'aurais pas eu besoin mais un lion ça mange tiède ».

In « Le lion ».

*


Habituellement, dans ces moments-là, je commence à trembler. Ça n'a pas manqué.
In « Amour parfait au Super U ».

*


À présent, assis sur le petit fauteuil de camping qui supporte en couinant mes gesticulantes indignations, j'attends qu'un astéroïde vienne s'écraser sur moi. Je ne demande pas une de ces comètes flamboyantes qui donnent des orgasmes aux astronomes et font rêver les amoureux. Non, je veux juste un simple petit caillou. Vingt ou trente grammes à travers le crâne, pas plus. Et même ça c'est pas possible !! Mais c'est quoi ce monde ? Je t'en vendrais moi du Dieu omnipotent.

In « Vi(d)e ».

*


Pendant qu'elle m'énumère les vertus du petit pays asiatique, je pense à la calligraphie, aux précieux pinceaux mouillés d'encre. À leurs caresses sur le papier de riz. Aux gestes doux et minutieux... Non, en vérité, je visualise un samouraï nu poursuivant une geisha, agrippé à son kimono de soie.

In « La belle et le bête ».

*


Sur le clavier gris, j'ai tapé « 3615 sexe », pour voir. Il ne s'est rien passé parce qu'avant il fallait décrocher le téléphone. Après avoir recommencé, j'ai eu accès à de fabuleux témoignages : « Mon mari part souvent en voyages d'affaires. Un jour, l'aîné de nos voisin, un adolescent timide, me rendit visite. Il voulait voir mon fils pour un problème de maths. Je sortais de la douche et j'avais à peine eu le temps de m'enrouler dans une serviette. Quand je lui ouvris, il fit tomber sa calculatrice en rougissant. Alors que je me penchai pour la ramasser, je sentis la serviette glisser et son regard farouche se jeter dans l'ouverture... »

In « Sex and drugs and rock 'n' roll... enfin presque ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernière modification : 18/04/2017 11h21
Page lue 800 fois

 
Achats en ligne

Achats en ligne

[via Paypal]